Aujourd'hui, nous allons à Paksé dans un bus local. Les bagages sont en soute mais il y a beaucoup de chargement sur le toit, même une moto !

En fin de matinée, les arrêts deviennent fréquents et se font à la demande. Jusque là, nous pouvions descendre pour acheter de la nourriture mais maintenant les vendeuses montent dans le bus, munies de fruits, de brochettes sur lesquelles sont enfilés des poulets, des oeufs, des beignets. elles sont au moins une dizaine à entrer dans le bus alors qu'il y a à peine la place à bouger dans le couloir, criant pour vanter leurs produits, les poulets frôlent les vestes et les cheveux, ça crie, ça pousse, c'est incroyable ! Pierre est tenté par des cacahuètes entières qui se révèlent immangeables ! Nous repartons et maintenant les passagers mangent leurs achats, et bien évidemment, les sacs plastiques se remplissent de déchets et passent par la fenêtre Nous comprenons mieux l'état des bas-côtés des routes ! Nous voyons enfin quelques rizières en culture ! Nous aurons droit encore une ou deux fois à l'épisode "restauration sur place" ! Nous arrivons à Paksé, le bus s'arrête au bord d'un trottoir, personne ne bouge jusqu'à ce que le chauffeur crie "Paksé" ! C'est bon monsieur, il fallait le dire, nous descendons ! encore une fois nous partageons le tuktuk avec Aurélie et Gian Franco, nos hôtels sont proches l'un de l'autre. En soirée, nous nous retrouvons pur boire un verre sur la terrasse du toit du Paksé hôtel. La terrasse est très agréable avec ses petites paillotes et la vue sur la ville est magnifique. Nous dînons au restaurant de leur hôtel, tenu par un laotien ayant vécu trente ans en France.

Le marché du centre n'est pas très intéressant, beaucoup de vêtements pas beau du tout, des bijoux, quelques fruits et légumes à l'extérieur. En soirée, nous retrouvons Aurélie et Gian Franco à leur hôtel, c'est avec le gérant que nous visiterons le plateau des bolovens. Finalement nous serons huit, juste ce qu'il faut pour avoir une visite "à la carte".

Lever matinal car nous devons rendre la chambre et changer d'hôtel avant de partir. Nous faisons un premier arrêt à la cascade Tad Fan. Impossible de l'approcher mais le paysage est superbe, les deux cascades tombent de plus de 120 mètres. Nous visitons ensuite une plantation de café et de thé, avec les explications d'un jeune français qui fait du bénévolat au cours de son voyage. Ce sont les français qui ont développés la culture du café dans cette région. Les exploitations familiales sont petites, de trois à cinq hectares seulement. Dégustation payante, il est bon ! Nous nous arrêtons ensuite au Sinouk garden resort, très bel hôtel dans une plantation et de jolis plans d'eau. Nous traversons de nombreux villages, pour la plupart les maisons sont en bois et sur pilotis. Nous arrivons à Tad Lo pour déjeuner dans un restaurant tenu par une petite mamie qui loue aussi des chambres dans une petite maison de bambou tressé. Nous visitons la cuisine où une jeune fille s'affaire à préparer notre repas. Nous allons ensuite à la cascade Tad Lo, très jolie, avec des passerelles pour aller d'une rive à l'autre (et oui, boloven égal cascades !). Nous visitons un village Katu, une minorité protomalaise. Nous payons un droit d'entrée au chef du village. A l'entrée se trouve l'école et la maison de l'institutrice, le tout financé par la Belgique et la France au travers d'associaitions. Toutes les maisons sont de bois, sur pilotis. Les enfants, parfois nus, jouent dehors au milieu des animaux, poulets, chiens et de nombreux porcs. Ici, on construit son cercueil de son vivant et on le conserve sous le grenier à riz. Les enfants nous suivent et finissent par mendier. Aurélie donne deux barrettes à cheveux, ce qui crée une dispute entre fillettes... Nous regrettons d'être venus les mains vides, quittant ce village avec une sensation mitigée entre l'aide que l'on peut apporter en payant l'entrée et l'aspect "voyeur" de cette visite. Encore une jolie cascade, la Tad Pasuam. mais le musée attenant est totalement inintéressant. Ce n'est pas un vrai village, mais un musée "vivant", c'est quand même très gênant...Retour à Paksé, tout le monde dort ! Nous dînons tous ensemble.

Ce matin, petit tour au marché central puis visite du Vat Luang qui possède un bâtiment ancien en bois. Le site est agréable au bord du Mékong. Nous nous baladons dans le quartier des ministères, que des belles bâtisses !

Aujourd'hi visite du marché du matin, le plus grand du Laos parait-il. Et oui, il est grand ! Des étals de fruits et légumes, du poisson, de la viande et des mouches ! Les femmes tranchent la viande à grands coups de hache, arrosent de temps en temps les poulets, peut-être pour chasser les mouches. Tous les abats de poulet se vendent, y compris des jaunes d'oeuf ! Seules les femmes vendent, les hommes s'occupent du portage. Il fait tellement chaud que nous rentrons à l'hôtel, nous reviendrons demain ! Nous dînons avec Aurélie et Gian Franco, demain nos routes se séparent !

Nous retournons au marché du matin et découvrons d'autres échoppes, des bijoux, des vêtements et encore des fruits !