Nomadliberté - Le blog de Dom et Pierre

05 juin 2017

Découverte de la Grèce (et un peu l'Italie)

Du 5 mars 2017 au 20 mars 2017

Et c’est parti pour la Grèce !!!

Mais avant, il nous faut traverser la France en compagnie de la tempête Zeus… C’est un signe, non ?

Et voilà, les Alpes sont franchies ! (En toute modestie, nous avons emprunté le tunnel du Fréjus !) Et le soleil est là !

Nous roulons pas mal la première semaine, en faisant quelques étapes chez des agriculteurs (fattore amico, le cousin de France passions), et aussi chez un concessionnaire à Bologne pour réparer. Et oui, il nous faut toujours un petit truc à réparer…,  cette fois c’est le tuyau d’évacuation de la douche qui est tombé dans le bac !

Nous avons rendez-vous avec Dirk et Lucette, nos amis belges ! Et oui, comme l’an dernier, sans nous consulter nous partons dans la même direction ! Nous nous retrouvons à Porto Potenza Picena (Marche), au bord de l’Adriatique. Nous passons quelques jours ensemble. La saison n’est pas commencée, les bars et restaurants de bord de mer sont fermés mais deux gentils italiens nous indiquent un petit restaurant en ville, il fallait le trouver, où nous nous régalons de pâtes et autres antipastis !!! C’est tellement bon que nous y allons deux fois !

La route nous conduit vers le Basilicate, seuls car Dirk et Lucette ont changés de programme et préfèrent rester en Italie. Nous faisons étape à Matera. MateraMatera (2), célèbre pour les habitations troglodytes (les sassi de Matera) est une des plus vieilles villes habitées au monde. Après avoir été abandonnées dans les années 1950, elles sont, depuis leur classement à l’UNESCO en 1993, l’objet de rénovation, de transformation en belles demeures ou hôtels. Il suffit de flâner dans les ruelles, se laissant porter par le hasard pour découvrir cette ville si particulière.

Nous poursuivons par un autre village typique, Alberobello (4)Alberobello et ses trullis, constructions en pierres sèches. Aujourd’hui, une grande partie de ces maisons est transformée en boutiques pour touristes mais ça n’enlève rien à la beauté du lieu. La légende dit que, au XVI siècle, pour échapper à l’impôt, ces maisons étaient construites sans mortier afin d’être rapidement démontables en cas de contrôles… Est-ce seulement une légende ?

Des trullis, il y en a dans toute la région, Alberobello étant le village le plus typique et le plus visité !

Aujourd’hui direction Brindisi pour prendre le ferry jusqu’à Igoumenitsa. Nous sommes contents de quitter l’Italie, non pas que ce pays nous déplaise, mais c’est surtout l’état lamentable des routes que nous avons déploré ! Des nids de poules, des limitations de vitesse à n'y rien comprendre et beaucoup de radars !

Il y a de la place aujourd’hui sur le ferry, aussi nous pouvons embarquer à 13 heures, nous arriverons à 23 heures. Une fois de plus, nous faisons confiance à la compagnie Grimaldi !

Du 20 mars 2017 au 25 mars 2017

Une semaine en Epire où nous découvrons nos premiers petits ports typiques de la Grèce. Et nous pouvons stationner sans problèmes soit sur les parkings de port, soit en bord de plage, sans que cela ne gêne personne, bien au contraire ! Très peu d’agglomérations sur cette côte, nous traversons des champs d’oliviers. Et puis il y a notre première île, Lefkada (Leucade). Pour rejoindre Leucade, plus de bac mais un tunnel sous la mer qui nous conduit à Leucade, la ville principale de l’île. Nous avions une adresse pour stationner et aussi faire la lessive et autres petits travaux d’intendance, malheureusement, le propriétaire qui fait également du gardiennage de bateaux s’est vu interdire l’accueil des camping-cars. Nous trouvons donc un parking plus proche du centre-ville et nous partons en quête d’une laverie. Avec l’aide du guide de conversation, c’est  finalement assez simple, et puis, les grecs parlent facilement quelques mots d’anglais !

Nous parcourons la côte est de l’île.

La côte entre Lefkada et Astakos

Cette côte est superbe, des petits ports, de belles criques, une eau aux couleurs changeantes passant du bleu marine au vert lagon, et pleins d’autres petites îles à proximité dont la fameuse île de Skorpios qui fût la propriété d’Aristote Onassis. Elle appartient maintenant à la fille d’un riche russe. Nous faisons étape à Sivota, en bord de plage au fond d’une baie aussi profonde qu’un fjord  qui doit être beaucoup moins calme en saison, le lieu étant réputé pour accueillir les yachts ! Syvota (1)La vie est simple ici, nous avons besoin d’eau, nous demandons à un restaurateur qui arrose abondamment sa terrasse et pas de problème, il nous fait le plein du tank d’eau !

 

De Preveza à Antirion, peu de villages, la route est belle, laissant deviner à chaque virage une côte découpée et toujours ces belles couleurs d’eau.

 

 

Du 26 mars 2017 au 20 avril 2017

Pour passer dans le Péloponnèse, il y a un superbe pont qui relie Antirion à Rion, la grande ville proche étant Patra que nous contournons pour aller jusqu’à la plage de Kalogria où nous pouvons stationner. C’est une plage un peu déserte. Un grec vient nous parler et nous déconseille de passer la nuit ici  mais plutôt d’aller quelques centaines de mètres plus loin où il y a d’autres camping-cars. Nous l’écoutons, bien que nous ne pensons pas l’endroit dangereux.

Nous descendons par la côte ouest du Péloponnèse et nous faisons étape à Katakolo, petit port de pêche, enfin, quelques pêcheurs et maintenant un port tout neuf pouvant accueillir les bateaux de croisière… Yannis vient nous démarcher, il vend des fruits, des olives, de l’huile tout ça bio ! Nous irons demain chez lui.

Le site d'Olympie (23)Visite de notre premier site antique, Olympie. Les ruines sont …très en ruines, un tremblement de terre s’étant chargé de détruire un peu plus ce qui était déjà très dégradé ! Mais le site est beau, les arbres de Judée en fleurs donnant une belle couleur. Le site est doté d’un musée présentant de très belles pièces.

En fin d’après-midi nous allons chez Yannis. Pour atteindre sa maison, seulement des escaliers ! Et alors, une vue sur le port et la baie !!! Nous repartons avec des olives, de l’huile et des oranges !

Un peu plus loin, nous faisons étape à Kalo Nero, petite plage réputée pour accueillir les tortues mais ce n’est pas la période, tant pis !

Nous passons plusieurs jours à Pylos, 2017-03-30 Pylos (3)sous le charme de cette petite ville toute blanche nichée dans une baie encaissée. Alors que nous cherchons un accès au parking du port, un motocycliste nous fait signe de le suivre, mieux que le GPS ! Pylos, anciennement Navarin  a été dessinée par le général Maison, du corps expéditionnaire français de Morée.

Methoni (4)

Petit arrêt à Methoni, là aussi une forteresse, construite par les vénitiens après avoir rasé celle construite par les byzantins ! Puis Agios Andreas tout petit village doté d’une épicerie qui vend de tout et le patron qui nous porte les achats jusqu’au camping-car … elle n’est pas belle la vie ?

Methoni (10)

 

 

 

 

 

 

 

Mystra (2)Après avoir eu quelques peurs alors que le GPS nous emmène par des chemins dans les champs d'oliviers dont les branches s'approchent un peu trop de nous, nous arrivons sur une plage qui ne nous plaît pas du tout !  Nous repartons directement à Mystra, ancienne capitale byzantine de la Morée.

Lorsque l’on arrive par l’ouest, la vue est superbe sur cette ville à flanc de colline. Construite en 1249 par Guillaume de la Villehardouin (un champenois), la domination franque ne dura que 10 ans. Elle fut ensuite occupée par les byzantins, puis les ottomans jusqu’à ce qu’elle soit peu à peu abandonnée après l’indépendance en 1830. Et bien en si peu de temps, nous voilà dans une ville en ruine ! Seules les nombreuses églises ont été entretenues et restaurées. De très belles fresques sont encore visibles. Actuellement, le palais est en restauration et ne se visite pas.

 

A Gythio, nous faisons les approvisionnements et nous allons pour quelques jours sur un camping, intendance oblige ! Ici, c’est l’entrée de la région du Magne. C’est une région sauvage, faite de collines couvertes de genêts en fleurs avec seulement de très petits villages. Areopoli est le village le plus important, à peine une petite ville et des ruelles étroites dans le centre historique. En suivant la côte ouest, ce ne sont que des champs d’oliviers qui prennent fin uniquement lorsqu’ils rencontrent la mer ! Ça monte et ça descend, et de temps en temps quelques maisons typiques du Magne, tout en

2017-04-08 Gerolimenas (3)pierres et dotées d’une tour carrée. Les constructions récentes respectent toujours ce style. Gerolimenas, Lagia, Kokalla puis Koronas où nous nous arrêtons. Même dans les plus petits villages ou ports, il y a toujours plusieurs tavernes, parfois très grandes pour le peu de clients ! Nous en choisissons une où le serveur nous propose le poiss2017-04-10 Monemvasia (40)on que le pêcheur, encore sur place, vient de lui apporter. Fraîcheur garantie ! Nous poursuivons le tour de la péninsule.

Monemvassia est un village médiéval sur la côte est du Péloponnèse, récemment restauré.  Dans les années 1970, alors qu’il est totalement abandonné et en partie en ruines (et oui, les ruines c’est la spécialité du pays ! ), quelques grecs fortunés rachètent et restaurent les maisons. C’est maintenant un site très touristique, certaines maisons sont transformées en petits hôtels ou maisons d’hôtes, l’ensemble étant dans son aspect naturel laissant la place aux fleurs sauvages qui s’incrustent entre les pierres.

 

 

Nous remontons maintenant la côte est du Péloponnèse parmi les champs d’oliviers et d’orangers. Puis nous entrons dans le massif du Parnasse, montant jusqu’à plus de 1000 mètres au village de Kosmas pour ensuite descendre dans la gorge du Badron, aux roches rouges aux allures de canyon. A Leonidio, la rue principale est très étroite et bien sûr, nous n’avons pas vu qu’il y a une route qui contourne le centre… En pliant les rétroviseurs, ça passe de justesse compte tenu que le stationnement en Grèce c’est comment dire, folklorique ? C’est simple, chacun stationne où il veut et n’importe comment ! Le petit port de Plaka est juste à côté, alors nous ne résistons pas. Encore un petit port ? Et oui, quand on aime… Alors celui-ci est minuscule, mais quand même … presque une dizaine de tavernes ! La meilleure, c’est chez Margareta et Mickael. Margareta nous accoste dans un français impeccable, et nous convenons de venir dîner ! Alors que je regarde les fruits et légumes de la boutique à côté, elle entre, prend un kilo d’oranges qu’elle nous donne, nous expliquant que c’est la boutique de son fils et que les oranges, c’est pour la bienvenue !!!  Mickael cuisine à merveille, les souvlakis (brochettes) et la moussaka étaient délicieuses et le dessert offert par la maison, accompagné d’un verre d’ouzo bien sûr !!!

2017-04-13 Nauplie (16)Nous sommes restés là quelques jours, mais il faut avancer et c’est à Nauplie que nous faisons ensuite étape. Nauplie était la première capitale de la Grèce moderne, avant qu’elle ne soit déplacée à Athènes. Encore une jolie ville, dotée de deux citadelles, comme souvent. Je ne parle pas souvent des citadelles car évidemment, elles sont situées sur la partie la plus haute et donc difficile d’accès à pied pour moi (Domi). Mais vues d’en bas, elles sont magnifiques !!! Des rues pavées pour parcourir le centre, bordées de belles maisons vénitiennes.

2017-04-15 Ermioni (2)

 

Nous sommes à Ermioni pour Pâques. Encore une jolie petite ville d’où nous pouvons prendre un ferry (sans le CC cette fois) pour aller à Hydra petite île sans voitures mais avec beaucoup de touristes ! C’est très typique, petites ruelles fleuries,  côte escarpée aux eaux claires, et des tavernes ! 

 2017-04-16 Hydra (6)

Le soir à Ermioni, nous assistons à un cortège de bateaux éclairés de torches rouges entrant au port, puis un superbe feu d’artifice, le tout sur fond musical !

2017-04-18 Epidaure (5) petiteDe nouveau des ruines ! Tout d’abord, c’est le site antique d’Epidaure. Et certainement notre préféré, d’une part pour la beauté du site et ensuite pour le théâtre à l’acoustique incroyable ! Nous bivouaquons à Epidavros, en bord de plage, encore un bivouac idyllique ! Epidavros est entouré de champs d’orangers, et ils sont en fleurs, donc parfum permanent assuré ! En roulant, nous gardons les vitres ouvertes pour en profiter !

 

 

 

 

2017-04-19 Mycenes (3)Porte des lionnesPuis Mycènes, là encore, je me répète mais c’est ainsi, un site magnifique et tôt le matin nous profitons d’une belle lumière. Mycènes et sa célèbre porte des lionnes est une des plus anciennes citadelles de l’histoire, son activité se situe du XVI au XII avant JC. Les murailles sont faites de pierres énormes parfaitement ajustées. Là encore, le musée possède des pièces magnifiques, de belles poteries et une collection de bijoux que l’on se verrait bien porter encore aujourd’hui. Et nous terminons par l’impressionnant tombeau d’Atrée. Pour les tombes aussi, ils voyaient grand !

 

 

 

 

Et maintenant, l’ancienne Corinthe. Bon, cette fois, nous avons fait la visite de l’extérieur, la vue en étant plus intéressante à notre goût ! Et puis, à Corinthe, il y a… des raisins peut-être ? Non, ce n’est pas la saison et des raisins secs, nous n’avons pas trouvé, bizarre ! Alors, le canal ? Oui, mais là déception, nous l’avions  imaginé plus grand, plus imposant et finalement, nous sommes un peu déçu mais bon, nous l’avons vu et des deux côtés !

Du 21 avril 2017 au 10 mai 2017

2017-04-21 Canal de Corinthe (2)Et voilà, nous quittons le Péloponnèse en traversant ce fameux canal ! Nous sommes maintenant en Attique, direction Delphes. Nous faisons étape à Itea, petite port 2017-04-23 Delphes (17)proche de Delphes. Cette ville est construite à flanc de colline, là encore une vue superbe (je me répète mais que dire d’autre ?). Le théâtre est bien conservé mais moins grandiose que celui d’Epidaure et visible seulement de l’extérieur. Nous grimpons jusqu’au stade, situé tout en haut du site.

 

 

 

 

2017-04-25 Galaxidi (1)

Galaxidi, encore un petit port ! Mais qui fût grand au XIX siècle, alors qu’il était un centre de chantiers navals, en comptant jusqu’à plus de cinquante. Il en reste de très belles maisons d’armateurs, certaines transformées en hôtels, d’autres proposant des chambres à la location. Pour les découvrir, se perdre dans les ruelles et les escaliers, et pour retrouver le port, descendre !

Une grande étape nous conduit dans le Pélion, encore une péninsule. Cette fois, nous passons quelques jours dans un camping, en bord de mer et à flanc de colline, planté d’oliviers, nous choisissons un emplacement en hauteur pour la vue ! Un petit paradis ! Petit tour de cette petite région mais les ports n’offrent pas de stationnement sympa. Après une étape à Argalasti où nous faisons le marché et une fois de plus des sueurs froides dans le centre aux ruelles étroites, nous retournons au camping paradis !

 

2017-05-01 Kastraki les meteores (4)Nous repartons maintenant vers l’Epire, direction les météores, nous quittons le bord de mer pour 2017-05-01 Kastraki les meteores (7)plusieurs jours. Nous traversons pour la première fois de grandes plaines cultivées. Les Météores, ce sont de grands rochers de 3 à 400 mètres de haut, en forme de pain de sucre au sommet desquels trônent des monastères. Et pour y parvenir, il faut grimper des escaliers…. Alors voilà, gros coup de paresse, nous les avons regardés d’en bas !

 

 

 

Ioannina, une grande ville sur notre route. Située au bord du lac Pamvotida. Ville touristique et universitaire, nous avons apprécié les rives du lac, le kastro, l’air de bazar oriental du vieux quartier aux maisons ottomanes et la jeunesse étudiante qui change de la population vieillissante des petits villages du Péloponnèse !

2017-05-05 Corfou (21)Et nous voilà revenus à Igoumenitsa ! La réservation du ferry pour Ancône faite, nous prenons le petit ferry qui nous conduit à Corfou. Il y a des roses à Corfou mais pas forcément blanches ! C’est une ville magnifique dotée de deux citadelles. Là encore nous flânons au hasard dans les ruelles pavées où les empreintes vénitienne, byzantine et aussi française sont présentes. Le Liston est une réplique des arcades de la rue de Rivoli, érigé par Mathieu de Lesseps, le père de Ferdinand.

 

2017-05-06 Achileon (1)

 

 

Et il ne fallait pas manquer l’Achilleon, la belle villa de Sissi, la célèbre impératrice !

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 10 mai au 19 mai 2017

Après une nuit sur le ferry et une arrivée tardive à Ancône avec plus de trois heures de retard, nous passons quelques jours en Italie. Nous n’avons pas fait les visites prévues en Toscane car Pierre s’est bloqué le dos et donc, impossible de marcher !!! Pour une fois, ce n’est pas moi ! Nous faisons une pause de quelques jours au bord du lac Trasimeno à Castiglione del lago. Puis nous allons à Lucca, jolie ville toscane où nous passons la soirée avec Aurélie et Gian Franco, rencontrés au Laos.

C’est ensuite la route pour la France, nous passons la frontière au col de Larche et passons quelques jours dans le Haut Var chez des amis puis en Provence chez nos enfants !

Posté par nomadliberte à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]